L'école

1.-Le contexte historique.

Saint Job

Fortement marquée par le culte de Saint-Job, Uccle le vénère depuis le XVe siècle( quinzième siècle) au travers d'une confrérie de musiciens. Dépouillé de ses biens après avoir connu la richesse, Job retrouva, paraît-il, celle-ci grâce à sa fidélité à Dieu, d'où l'expression «pauvre comme Job».

Un reliquaire, aujourd'hui disparu, offert par Charles-Quint, ainsi qu'une statue de bois, située dans l'actuelle église paroissiale, contribuèrent au renom de l'endroit. C'est à la Saint-Job (10 mai) que la kermesse et la marche des Chasseurs (hannetons) se tenaient chaque année. Les chasseurs de «prinkères» (hannetons) s'abreuvaient de façon si prompt qu'il fallait parfois les attacher à leur cheval.

Pour en savoir plus..sur Charles Quint

Charles Quint fut à la tête de nombreuses couronnes européennes. Il fut presque à même de réaliser le vieux rêve déjà caressé par le Moyen-Age, avoir un empire de paix constitué de nations animées d'une même foi qui conserveraient cependant leur identité propre. Mais ce rêve s'écroulera. Les affrontements avec la France, l'église qui ne comprend pas les temps nouveaux qu'elle traverse, l'empire ottoman qui se montre pressant et bien d'autres évènements auront raison de Charles Quint. Fatigué, il ira jusqu'à abdiquer.

Le Vivier d'Oie provient de la traduction fantaisiste du germanique «Diesdelle»((delle(vallon), diever (profond)). La consonance rappelle le «Die» prononcé par les oies. Il remonte au XVIIIe siècle.

Voici ce qui est écrit au dos du tableau:
"Feest op de Diesdelle - (vijver) in aanwezigheid van de Aartshertogen Albert et Isabelle Clara ( 1610)
De schilder van het doek, in het Museum van Brussel, is van
Denis Van Alsloot ( 1570 - 1628).

La seigneurie de Carloo occupait l'actuelle Uccle-Saint Job. Les seigneurs de Carloo portaient le titre de «Woutmeesters» (maîtres des forêts) parce qu'ils géraient les bois des ducs de Brabant, faisaient la chasse aux braconniers et organisaient les coupes d'arbres. Leur château se dressait sur l'actuelle place Saint-Job et fut détruit par un incendie en 1665.
Du point de vue étymologique, le terme «Carloo» explique en partie l'état du lieu où il se trouvait. En effet, le suffixe «loo ou loe» signifie «boisé» alors que le terme «Cari» signifierait «dénudé» en germanique ou en celtique. Par extension, il indiquerait que ce territoire aurait appartenu à un certain CARI qui à l'origine formait une enclave dans la forêt de Soignes. Les défrichements successifs auraient amené progressivement l'installation d'une population qui passa de 3 091 habitants en 1815 à 75 861 en 1979.
Pour en savoir plus sur... les Seigneurs de Carloo

La ferme du Vivier d'Oie où Wellington s'arrêta en allant à Waterloo
Elle fut démolie en 1919

A l'emplacement de l'ancienne pâtisserie Renders au Vivier D'oie

2. L'origine de l'école Saint Joseph ... Nos recherches en classe

L'abbé EVERS devient en 1870, le 2ème curé de Saint-Job.
A peine arrivé, il s'informa pour établir une école au Vivier d'Oie. Il était paraît-il fort hésitant pour accepter sa mission à cause de la mauvaise réputation chez les jeunes de cette localité. Il songea donc à créer une école de filles et s'adressa pour cela aux soeurs de Gijzeghem de la congrégation des soeurs de Saint Vincent de Paul qui tenaient déja une école à Uccle-Centre.

C'est donc le 26 septembre 1871 que la Mère Supérieure et sa secrétaire vinrent conduire deux religieuses vers leur nouvelle destination. Il s'agissait des soeurs Catherine NEEF et Céline VAN WASSENHOVEN.

L'école des Soeurs d'Uccle en 1890

Au début du XX siècle donc en 19..

3. Les directions
Catherine NEEF
Soeur Lucie 1951-1974
Yolande Iliano 1974-1980
Gabriel Gilbert 1978-2006
Ingrid Dedoncker 2006-2008
Cedric Derycke 2008-2011
Géraldine Redouté 2011-...